in ,

Les 10 réflexes écolo à adopter au quotidien

L’environnement… Quel vaste sujet ! Comment ne pas se sentir concerné lorsque les informations font état d’une planète de plus en plus endommagée par l’homme ? Et s’il est en notre devoir de conserver une planète propre et d’agir à notre échelle, il n’est pas toujours facile de se lancer dans une démarche écologique.

Nous vous proposons quelques pistes pour vous lancer en douceur et essayer d’adopter sur le long terme ces quelques réflexes écologiques :

1. Je trie mes déchets

Même si le tri sélectif est entré dans la mentalité de la plupart des Français, chacun jette en moyenne 374 kg de déchets par an. Et si aujourd’hui tout se recycle, il n’est pas évident de savoir où déposer ses rebus.

Il y a la “poubelle normale” où vont la plupart de nos déchets puis le verre, le carton, les bouteilles en plastique. En cas de doute, rapprochez-vous de votre mairie pour obtenir les informations sur le tri sélectif de votre ville. Vos déchets organiques, quant à eux, peuvent être utilisés afin de réaliser du compost.

Pour le reste, vos appareils usagers, cassés, etc sachez que certains organismes comme Emmaüs les répare pour les revendre. Enfin, les recycleries – ressourceries contribuent à réduire les déchets en donnant une deuxième vie aux objets dont les particuliers et entreprises ne veulent plus.

Trier ses déchets nécessite en amont de réduire leur quantité et cela peut se faire via un autocollant “Stop pubs” sur votre boîte aux lettres. C’est un détail non négligeable lorsque l’on sait qu’un foyer français reçoit en moyenne 40 kg de prospectus publicitaires par an ! Téléchargez le vôtre directement sur le site du Ministère de la Transition écologique et solidaire.

2. Je lutte contre le suremballage

Le pèlerinage en supermarché devient vite un parcours du combattant tant il est presque impossible de trouver un article qui ne soit pas suremballé. Le suremballage peut représenter 80% du poids total de votre produit et jusqu’à 65% de son prix !

De quoi y réfléchir à deux fois et se rendre dans des enseignes qui valorisent les achats en vrac, choisir les marques qui tendent à limiter leurs packagings, éviter les produits en sachets individuels, etc.

3. Je privilégie les transports en commun

Alors oui, cela n’est pas possible pour tout le monde mais lorsque ça l’est, il s’agit d’un moyen vraiment efficace pour réduire vos émissions carbone. Prendre le métro ou le train, enfourcher son vélo ou encore y aller à pied lorsqu’il s’agit de courtes distances est mieux que prendre sa voiture.

La planète, votre porte-monnaie ET votre corps vous remercieront.

4. Je cultive mon potager / me tourne vers de petits producteurs

Le must est de pouvoir cultiver son propre potager pour se nourrir des fruits de votre travail et cela tout au long de l’année. Pour des raisons économiques, écologiques ou pour tout simplement retrouver le bon goût des choses, c’est LA solution idéale.

Pour ceux qui ne peuvent tout simplement pas s’offrir le luxe d’un potager, sachez qu’il existe d’autres alternatives…
Un panier de fruits et légumes frais de saison, cultivés par un petit producteur local, ça vous tente ? L’initiative (les fameuses AMAP – Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) a rassemblé beaucoup d’adeptes et  les offres sont nombreuses comme La ruche qui dit oui !, Bio c’ bon, Potager City, etc. À vous de choisir la formule qui vous convient le mieux dans l’annuaire des AMAP.

5. Je tente de réduire ma consommation d’eau et d’électricité

Ce n’est un secret pour personne : l’eau potable se fait de plus en plus rare. Et pourtant il n’est pas compliqué d’en réduire notre consommation.

On peut par exemple penser à passer moins de temps sous la douche, vérifier les robinets de son logement et changer les joints en cas de fuite, ne pas laisser couler l’eau inutilement lorsque l’on se brosse les dents, demander à son chat de se dépêcher de boire…

GIF chat robinet eau

Et bien sûr, on peut récupérer l’eau de pluie pour son potager déjà fertilisé par notre compost ! Quand je vous dis que tout se recycle !

Concernant l’électricité, ayez le réflexe de toujours éteindre la lumière lorsque vous quittez une pièce, mettez un couvercle sur vos casseroles quand vous faites bouillir de l’eau pour limiter les temps de cuisson, débranchez vos appareils inutilisés (surtout la nuit !), dégivrez tous les trois mois votre congélateur (plus il y a de glace, plus la dépense d’énergie est importante), préférez un cycle à basse température pour votre lessive (80% de l’électricité utilisée sert à chauffer l’eau).

6. Je suis attentif lorsque je fais mes achats

Prêtez une attention toute particulière aux étiquettes et tentez de réduire (ou supprimez purement et simplement) votre consommation d’aliments nocifs pour votre santé et dont les cultures sont désastreuses pour la planète. Parmi eux, l’huile de palme, le sucre, la viande.

Achetez local et de saison afin de réduire les distances parcourues par les aliments et les impacts négatifs du transport sur l’environnement.

La manière de vous habiller a aussi un impact environnemental puisque certaines cultures sont très polluantes comme le coton ou la fabrication des jeans… Il existe de plus en plus de marques éthiques et responsables.

7. Je réorganise ma salle de bain

En faisant un tri parmi mes produits. Je bannis les produits qui agressent ma peau, s’écoulent dans la douche et polluent les océans. En plus, ces produits contiennent bien souvent des perturbateurs endocriniens nocifs à ma santé.

La solution ? Des produits biologiques avec le moins de substances chimiques. Des produits solides naturels qui œuvrent pour le zéro déchet avec des marques comme Lamazuna, Les savons de Joya, Pachamamai, etc. Il existe des shampoings, savons, dentifrices et déodorants solides. Vous pouvez même les faire vous-même !

Remplacer ses lingettes démaquillantes par des cotons lavables en machine est également une solution facile pour réduire les déchets de sa salle de bain.

Mesdames, durant vos règles, il vous est désormais possible d’utiliser des serviettes hygiéniques lavables ou même la cup, si cette dernière vous convient.

8. Je fais mes propres produits ménagers

Les produits ménagers industriels contiennent des substances toxiques nocives pour la santé et l’environnement. Pourquoi ne pas les remplacer par des recettes qui ont fait leurs preuves ? Je pense bien sûr au duo vinaigre blanc/bicarbonate de soude mais ils ne sont pas les seuls à être utiles.

Côté lessive, on troque l’actuelle contre une en poudre sans phosphate ou une noix de lavage qui va nous durer plusieurs cycles. Sinon, encore lui : le vinaigre blanc.

9. J’en parle autour de moi

Pas seulement pour sensibiliser mon entourage mais également pour échanger des conseils.

Et pourquoi pas en parler à son employeur afin de mettre en place une démarche écologique au sein-même de l’entreprise où je travaille ? Cela peut se faire par la diminution des impressions et donc de la quantité de papier utilisée, mettre en place un suivi régulier des commandes de fournitures passées ou encore l’installation de bennes à recycler.

10. Je réduis ma consommation de viande

Chaque année, c’est 82 kg de viande qui sont consommés par personne. Rappelons-le, une consommation excessive de viande rouge augmenterait pourtant les risque de problèmes cardiovasculaires, de diabète et cancers. L’élevage demande de grandes quantités d’eau, rejette énormément de déchets et bien sûr… nous met face à la souffrance animale.

Pourquoi ne pas adopter – pour commencer – un jour dans la semaine consacré à des plats sans viande ?

Rédigé par Daphnée

Co-fondatrice de Pas vu Paris, travaille au milieu des livres et aime la culture geek.

Ailleurs sur le web